Hadès, missile français tactique à courte portée (France)

Caractéristiques Hadès
Longueur : 7,50 m.
Diamètre : 0,53 m.
Poids : 1 850 kg.
Portée maximale : 480 km.
Coefficient d'erreur probable : 100 m.
Système de lancement : châssis de véhicule à chenilles de AMX-30.
Propulsion : solide.
Guidage : inertie, GPS acquisiton vidéo.

Le missile Hadès est un missile sol-sol nucléaire tactique (à courte portée), conçu en France pour être utilisé sur les champs de bataille. La doctrine concernant son emploi a évolué vers un ultime avertissement, en faisant officiellement un « missile préstratégique », à utiliser avant la riposte nucléaire massive anti-cités en cas d'invasion du Pacte de Varsovie de l'Europe occidentale. Il a été conçu en 1984 en remplacement du missile Pluton, d'emploi similaire. Il était mis en œuvre par la Force Hadès.
Les 120 missiles Hadès prévus devaient être lancés de plate-formes mobiles, emportant chacune deux missiles dans des containers qui jouaient le rôle de système de lancement. Leur portée prévue de 250 km fut poussée à 480 km. Le missile est convoyé horizontalement, dressé par le camion et lancé. Le faible poids du missile permettait de le déployer aisément dans des terrains accidentés, et son faible rayon d'action le rendait utilisable sur des cibles stratégiques limitées (sans permettre d'atteindre les cités d'URSS ou leurs silos à missiles).Le système de navigation était une plate-forme inertielle qui pouvait être programmée pour effectuer des manœuvres d'échappement avant d'atteindre sa cible.
La version d'Hadès destinée à atteindre des cibles souterraines possédait également un système de guidage final par GPS, lui donnant une précision d'environ cinq mètres (contre 100 m pour les versions normales).
Le programme Hadès fut lancé en 1984 pour remplacer les Pluton ; les premiers tests eurent lieu en 1988. En 1991, à cause des changements géopolitiques en Europe et de l'opposition allemande à ce programme (ouvertement destiné à frapper la République démocratique allemande), le programme fut progressivement réduit à 15 plate-formes de lancement et 30 missiles.
Les premières plate-formes entrèrent en service en 1992, comme ressource ultime en cas de menace sérieuse, et stockée à Lunéville.
En 1996, la France fit évoluer son système de dissuasion nucléaire tripartite (missiles lancés de silos plateau d'Albion, missiles lancés d'avions et missiles lancés de sous-marins) vers un système basé sur les sous-marins et les Forces aériennes stratégiques (FAS). En conséquence, les missiles Hadès furent démantelés (le dernier le 23 juin 1997) ainsi que les missiles balistiques du plateau d'Albion.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: