Tagged under: 1939-1945 , Italie ,

Classe Ariete (Italie)
Caractéristiques Classe Ariete
Déplacement : 800 t standard, 1 125 t à pleine charge.
Dimensions : longueur, 82,25 m; largeur, 8,60 m; tirant d'eau, 2,80 m.
Appareil moteur : 2 turbines à vapeur à engrenages développant 22 000 ch et entraînant 2 arbres.
Vitesse : 31 nœuds.
Armement : 2 canons antiaériens simples de 100 mm et 2 de 37 mm, 2 triples tubes lance¬torpilles de 450 mm et jusqu'à 28 mines.
Equipage : 155 officiers et matelots.

Avec les trente-deux torpilleurs de la classe Spica, lancés entre 1936 et 1938, les Italiens purent réaliser un modèle à une seule cheminée grâce à une coque d'un meilleur rendement qui permettait d'atteindre la même vitesse que les Curtatoni précédents pour une puissance inférieure. Ces torpilleurs avaient une silhouette extraordinairement semblable à celle des destroyers de la classe Oriani, qui possédaient seulement une enveloppe de cheminée plus massive et dépourvue de parapluie. La classe Spica marqua l'apparition du canon de 100 mm; il n'y en avait que trois, essentiellement destinés à des fonctions antinavires dans la mesure où ils avaient un angle de hausse de 45° seulement et une cadence de tir d'environ huit coups par minute. De façon assez surprenante vu leur catégorie, ces bâtiments ne déployaient que quatre tubes lance-torpilles de 450 mm; ces armes, d'un calibre déjà assez faible, furent en outre montées à l'origine sur des affûts simples, ce qui ne permettait de mettre en œuvre que deux tubes de chaque côté du navire. Des affûts doubles placés dans l'axe longitudinal leur furent plus tard substitués.

Simple version améliorée des Spica, la classe Ariete avait une largeur accrue qui exigeait une augmentation de puissance d'environ 15 % mais permettait d'installer plus de poids dans les hauts. Il devint donc possible d'embarquer deux tubes lance-torpilles supplémentaires (dont le calibre resta cependant de 450 mm) et d'accroître le nombre de mines ou de grenades ASM transportées. Les torpilleurs italiens se livrèrent fréquemment à des tâches de mouillage de mines.

Plus de quarante Arieti furent finalement prévus, mais bien qu'ils aient été répartis entre trois arsenaux en 1942-1943, seize seulement furent mis en chantier (les A]oborda, Ariete, Arturo, Auriga, Bolestra, Daga, Dragone, Eridano, Fionda, Gladio, Lancia, Pugnale, Rigel, Spada, Spica et Stella Polore). L'Ariete devait être le seul à entrer en service dans la flotte italienne.

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: