Tagged under: 1939-1945 , Italie ,

Classe Soldato (Italie)
Caractéristiques Classe Soldato (première série)
Déplacement : 1 830 t standard, 2 460 t à pleine charge.
Dimensions : longueur, 106,75 m; largeur, 10,15 m; tirant d'eau, 3,60 m.
Appareil moteur : 2 turbines à vapeur à engrenages développant 48 000 ch et entraînant 2 arbres.
Vitesse : 39 nœuds.
Armement : 4 ou 5 canons antiaériens de 120 mm et 1 de 37 mm, 2 triples tubes lance torpilles de 533 mm et jusqu'à 48 mines.
Équipage : 219 officiers et matelots. 

La classe Soldato fut la dernière d'une série qui avait commencé avec les quatre unités de la classe Dido. Sur ces navires lancés entre 1930 et 1932, l'espace utilisable sur le pont avait pu être augmenté de façon notable grâce à la réunion, dans une seule grosse enveloppe de cheminée, de tous les conduits de fumée des chaudières. Ils déployaient quatre canons de 120 mm qui, contrairement à l'usage britannique, étaient montés dans deux affûts bitubes dont l'un se trouvait sur le pont de gaillard et l'autre, placé au même niveau, en haut d'un rouf situé assez à l'arrière. Cette disposition permettait d'économiser à la fois du poids dans les hauts et de l'espace sur le pont. Un peu plus petits que leurs homologues britanniques, les bateaux transalpins étaient plus puissants, mais leur armement de torpilles était insuffisant, les Italiens n'ayant jamais accordé beaucoup de valeur à ce type d'arme. Les quatre bâtiments de la classe Folgore qui furent construits parallèlement étaient presque identiques et possédaient notamment cette silhouette très particulière qui devint l'un des traits distinctifs de la flotte italienne. Ils étaient cependant équipés d'un illuminateur de but séparé pour chaque paire de canons, ce qui permettait d'attaquer avec efficacité deux objectifs à la fois.

Ce fut pour obtenir une amélioration dans le domaine des qualités nautiques et des capacités offensives que les quatre unités de la classe Maestrale de 1934 furent allongées de près de 10 m, avec un accroissement proportionnel de la largeur; pour tout le reste, ces navires et les quatre Oriani de 1936 étaient pratiquement semblables à leurs aînés, cette dernière classe, seule, ayant une puissance motrice légèrement supérieure.

Le Lanciere du premier groupe de Soldati et le Scirocco de la classe Maestrale sombrèrent dans la tempête qui fit rage tout au long de la seconde bataille de Syrte; ils n'avaient subi aucun dommage au cours des combats, et leur perte était à mettre sur le compte des matériaux généralement trop légers utilisés dans la construction navale italienne. Quatre unités du premier groupe et trois du second survécurent au conflit; ces trois dernières furent cédées à la France, et la moitié des autres à l'Union soviétique.

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: