Tagged under: Etats Unis ,

Torpilleurs « Four-piper » (Etats-Unis)

Caractéristiques
Classe Clemson (à la construction)
Déplacement : standard, 1 190 t.
Dimensions : longueur, 95,78 m; largeur, 9,37 m; tirant d'eau, 2,82 m.
Appareil moteur : deux turbines à vapeur à engrenages de 27 500 ch entraînant deux arbres.
Performance : vitesse maximale, 35 nœuds.
Armement : 4 canons simples de 102 mm, 1 canon AA de 76,2 mm et 4 affûts de tubes lance-torpilles de 533 mm triples.
Équipage : 135 officiers et matelots.

Connus sous les noms de « four-piper » ou de « flush-decker », les survivants de ce groupe très important de torpilleurs américains, tout comme les classes britanniques V et W, en étaient à leur deuxième guerre. Leur origine remonte à la période d'expansion rapide de la marine nationale américaine, juste avant l'entrée en guerre des Etats Unis en 1917.

Ces bâtiments étaient les descendants directs de la classe Tucker de douze navires. D'un déplacement et de dimensions semblables à ceux de cette dernière, ils se caractérisaient par un gaillard d'avant surélevé, comme sur les navires européens. A cause de leurs deux canons de 102 mm sur les passerelles avants qui nécessitaient des champs de tir sur l'avant, les flancs des « four-piper » furent facettés. Les six prototypes de la classe Caldwell virent leur ligne de coque s'allonger et s'épurer pour prendre l'apparence de navires à queue lourde.

De plus, les deux canons par le travers furent démontés et installés sur un rouf. Tout autre amélioration fut négligeable, car on était tributaire de champs de tir restreints, d'effets de souffle toujours importants et de l'appesantissement de la coque en hauteur. Ces bâtiments comptaient non moins de douze tubes lance-torpilles logés dans les baux au lieu de la ligne médiane à cause du fardage exces¬sif. Les principales séries de production, les cent onze bâtiments de la classe Wickes (DD 75) et les cent cinquante-six de la classe Clemson (DD186) avaient tous ces caractéris¬tiques, mais des modifications leur permirent d'atteindre 35 nœuds à leur lancement entre 1918 et 1921.

Quatre-vingt-treize navires furent ferraillés au début des années trente, aux termes du traité naval de Londres. En juillet 1940, juste après Dunkerque, la marine britannique, qui souffrait d'un manque sérieux de torpilleurs, prit livraison de cinquante bâtiments en échange d'un bail américain de quatre-vingt-dix¬neuf ans sur les droits de bases coloniales. Ils s'acquittèrent de leur tâche sans plus, mais ils ne furent jamais les « cinquante navires qui sauvèrent le monde » comme l'écrivirent certains journalistes.

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: