Tagged under: Russie ,

Index de l'article

 

Chargement et fonctionnement
Le couvercle d'alimentation est relevé et l'extrémité de la bande est introduite dans le couloir d'alimentation. Après fermeture du couvercle, le levier d'armement est tiré en arrière et le cran de sûreté est dégagé. On presse sur la détente qui libère l'ensemble mobile. Celui-ci, sous la poussée du ressort récupérateur, extrait une cartouche du chargeur, l'introduit dans la chambre et la met à feu après verrouillage de la culasse. Le recul est doux en raison du poids et de la longueur de l'arme et surtout parce que l'emprunt des gaz absorbe le choc. Une rafale de 4 à 6 coups peut être placée avec précision dans une cible distante de 500 mètres ; ce qui est satisfaisant pour une arme de cette catégorie. Remarquons que le R.P.D. n'a pas été conçu pour soutenir un tir prolongé car son canon surchauffe énormément et à la différence de ceux d'armes similaires, ne peut être échangé. Par consé-quent l'entraînement de l'infanterie soviétique repose sur une stricte discipline de tir, et malgré une cadence de 700 coups par minute, la vitesse pratique permise ne dépasse pas 100 coups par minute en une seule rafale.


Le tambour, fixé au moyen d'une charnière sous la boîte de culasse, est à la fois le complément néces-saire et le principal inconvénient du R.P.D.
Complément nécessaire parce que la récupération par emprunt des gaz produite par la cartouche M43 n'a pas assez de puissance pour entra¬ner une bande d'alimentation pen¬dant librement sur le côté de l'arme ; et principal inconvénient, parce que la bande contenue dans le chargeur, y est maintenue d'une manière assez lâche, et cliqueté au moindre mouvement, causant un bruit caractéristique qui peut s'avérer fatal au cours de missions demandant un silence absolu.


Changer de chargeur prend un certain temps; le boîtier vide doit être enlevé et remplacé par un nouveau qui est enclenché sous la boîte de culasse, et dont la bande est introduite dans le couloir d'alimentation. Habituellement, le mitrailleur russe emporte deux et le plus souvent un seul chargeur dans une musette de toile, qui contient aussi la burette d'huile. Le matériel d'entretien, ba-guette de nettoyage incluse, est serré dans un logement creusé dans la crosse ; on y accède en enlevant la plaque de couche.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: