Tagged under: Allemagne ,

Marder (République Fédérale d’Allemagne)

Caractéristiques Marder
Équipage : 4 + 6 hommes.
Moteur : Diesel MTU MB de 6 cylindres développant 600 ch (447 kW).
Dimensions : longueur, 6,79 m; largeur, 3,24 m; hauteur, 2,95 m.
Performances : vitesse maximale sur route, 75 km/h ; distance franchissable maximale, 520 km ; franchissement de gué, 1,50 m; pente, 60 % ; obstacle vertical, I m; tranchée, 2,50 m.

Au cours des années cinquante, lorsque l'armée ouest-allemande fut reformée, le premier véhicule blindé d'infanterie en service au sein de la Bundeswehr fut le SPz 12-3, développé à partir d'un châs­sis suisse et fabriqué également au Royaume-Uni. Très tôt, décision fut prise de concevoir une vaste gamme de véhicules à partir du même châssis. Les deux premières machines à entrer en service actif furent le Jagdpanzer Kanone, armé d'un canon de 90 mm et le Jagd­panzer Rakete doté, quant à lui, d'un missile antichar SS.12 (récem­ment remplacé par le HOT).

Après que de nombreux proto­types eurent été soumis à un pro­gramme d'évaluation intensif, les autorités militaires allemandes choi­sirent un des engins, lequel fut pro­duit en tant que Marder Schützen­panzer Neu M-1966. La firme Rheinstahl (devenue entre-temps Thyssen Henschel) assura la maî­trise d'oeuvre, avec la participation de l'entreprise MaK de Kiel. Les premiers véhicules de série ont été livrés à la fin des années soixante, et la fabrication se poursuivit jusqu'en 1975, avec une production totale de 3 000 machines. 

Au moment de son entrée en ser­vice, le Marder était le véhicule de combat d'infanterie le plus avancé au monde. Le Marder dispose d'une excellente protection et affiche de bonnes performances en progres­sion tout terrain, ce qui lui permet d'opérer de concert avec les chars de combat Leopard 2 lors d'opéra­tions combinées.

Le conducteur se place à l'avant gauche, avec un fantassin derrière lui, le moteur se trouvant donc à sa droite; quant à la tourelle, à moto­risation autonome, occupée par deux hommes, elle se trouve au centre; à l'arrière du véhicule un compartiment est aménagé pour six fantassins. Ceux-ci y accèdent par une rampe motorisée. De chaque côté du compartiment, des écoutil­les de tir, dotées d'épiscopes, per­mettent aux hommes de faire appel à leurs armes individuelles pour assurer la protection rapprochée du véhicule.

La tourelle est armée d'un canon Rh 202 de 20 mm et d'une mitrail­leuse coaxiale de 7,62 mm, dérivée de la redoutable MG 42 « Spandau ». Ces armes peuvent être élevées en site de - 17° à + 65° et pointées en azimut sur 360°. Dans un avenir proche, le canon de 20 mm sera remplacé par un tube Mauser de 25 mm tirant des munitions anti­chars bien plus efficaces. Ces obus permettront au Marder d'engager le combat avec les plus récents VCI soviétiques.

Environ 2100 ont été mis en service par l'armée allemande dans les années 1970, mais le véhicule dans sa variante allemande n'a pas été vendues à des forces armées étrangères. Comme l'armée allemande a commencé à retirer les véhicules plus anciens, le gouvernement chilien a accepté d'acquérir 200 Marders, le gouvernement grec a considéré l'achat de 450 véhicules à la retraite dans le passé. L'Argentine utilise une variante simplifiée et produits localement, le VCTP , et dispose d'un nombre de véhicules sur la base de cette plate-forme construite par Henschel et construit par Tamse.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: