Tagged under: 1939-1945 , Allemagne ,

Waffentrager (Allemagne)

Image

Caractéristiques
Heuschrecke IVB
Type : porte-canon automoteur.
Equipage : 5 hommes.
Poids : 17 000 kg.
Moteur : Maybach à essence développant 188 ch (140,2 kW).
Dimensions : longueur, 5,90 m; largeur, 2,87 m; hauteur, 2,25 m.
Performances : vitesse maximale sur route, 45 km/h ; autonomie sur route, 250 km.
Armement : un canon de 105 mm.

Le Waffentrager (littéralement « por­teur d'arme ») était un nouveau concept pour les Allemands lors des premiers débats à son sujet en 1942. On estimait que le Waffentrager ne devait pas être un canon automoteur au sens strict du terme, mais un transport de tourelle d'artillerie qui serait déposé sur le lieu de l'action, puis réembarqué à la fin des opéra­tions. En 1942, le besoin tactique d'un tel arrangement demeurait tou­jours aussi incertain : les divisions Panzer imposaient encore une guerre mobile à tous leurs adversaires, et la nécessité d'une pièce d'artillerie sta­tique semblait révolue.

Pourtant, une série de huit véhi­cules baptisés Heuschrecke IVB fut réalisée en 1942. Ils utilisaient des châssis de chars PzKpfw IV, aux­quels on avait ajouté à l'arrière une grue chargée de déposer un canon léger de campagne de 10,5 cm. La tourelle, une fois sur le sol, pouvait être déplacée derrière le véhicule grâce à des roues spéciales disposées à l'arrière. Cette combinaison obli­geait à utiliser le véhicule comme transport de munitions pour la tou­relle. Les huit engins furent certai­nement engagés dans la bataille, car l'un d'eux a été capturé et exposé au musée impérial de la Guerre à Lon­dres. Mais aucun autre modèle ne fut commandé.

Néanmoins, en 1944, les choses avaient quelque peu changé : l'armée allemande était partout sur la défensive et tout ce qui pouvait freiner l'avance des Alliés fut recher­ché. Le concept du Waffentrager entrait dans cette catégorie, aussi, d'autres conceptions de cet engin furent-elles étudiées. L'une, intéri­maire, prévoyait le transport d'un canon de campagne normal (10,5-cm le FH 18/40) dans une superstructure blindée, sur un châssis de Geschütz­wagen III/IV habituellement utilisé pour le Hummel. Le canon tirait depuis le véhicule, mais on pouvait également le descendre de la plate­forme et l'utiliser comme une pièce normale de campagne. Cette concep­tion ne fut pas développée, car une série de projets interrompus par la fin de la guerre l'avait remplacée. Ainsi, fin 1944 et début 1945, tous les Waf­fentrager adoptèrent la tourelle déta­chable utilisée en 1942 avec le Heuschrecke IVB. Il y avait une grande variété de châssis, dont ceux du PzKpfw IV et du Geschützwagen III/IV. Les pièces d'artillerie utilisées allaient du canon de 105 mm à celui de 150 mm. Ces véhicules devaient transporter les deux types de canons sur un affût cruciforme utilisable avec des armes de la série « 43 », mais ils ne dépassèrent pas le stade du pro­totype. Ces canons, montés dans une tourelle ouverte sur l'arrière, devaient tirer soit depuis le véhicule, soit ins­tallés sur le sol. Ils devaient également être remorqués par la plate-forme pour le positionnement sur leurs emplacements de tir. L'opération, très complexe, nécessitait des rails de gui­dage et un treuil. Ce concept fut typi­que des expérimentations de l'époque qui ne débouchèrent jamais. Seuls quelques-uns de ces équipements furent construits, pour être démontés ou finir à la casse dans les années d'après-guerre.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: