Tagged under: 1939-1945 , Japon ,

Classe Fubuki (Japon)

Caractéristiques Classe Fubuki (à la construction)
Déplacement : 2090 t standard.
Dimensions : longueur, 118,35 m; largeur, 10,36 m; tirant d'eau, 3,20 m.
Appareil moteur : 2 turbines à vapeur à engrenages développant 50 000 ch et entraînant 2 arbres.
Vitesse : 37 nœuds. Autonomie : 8 700 km à 15 nœuds.
Armement : 3 canons jumelés de 127 mm, 2 mitrailleuses, 3 triples tubes lance-torpilles de 610 mm avec 9 recharges et jusqu'à 18 mines.
Equipage : 197 officiers et matelots.

A l'époque de leur construction, les vingt destroyers de la classe Fubuki (lancés entre 1927 et 1931) étaient à l'avant-garde des navires de leur type. Ils avaient été précédés par les douze destroyers de la classe Mutsuki, qui comportaient de nouvelles améliorations par rapport aux Kamikaze, tout en restant marqués par une forte influence anglo-allemande. C'est seulement avec les Fubuki que les ingénieurs japonais réalisèrent un modèle totalement original, et de conception si avancée qu'il était encore redoutable quinze ans plus tard, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et qu'il inspira toutes les classes postérieures.

La première innovation portait sur la taille, qui avait été considérablement augmentée afin de permettre l'installation de charges plus importantes dans les hauts. Le puits avant fut supprimé et remplacé par un gaillard d'avant continu plus classique, doté d'un franc-bord agrandi, et la passerelle fut à la fois renforcée et rehaussée pour réduire les dommages causés par le choc des vagues. La classe précédente avait marqué l'apparition de la torpille de 610 mm, et les Fubuki embarquaient trois affûts triples avec neuf torpilles de réserve. La place de choix que les Japonais accordèrent dès cette époque aux torpilles n'avait rien d'un secret, et pourtant, les forces alliées furent constamment surprises par l'audace et la promptitude avec laquelle la marine nippone les utilisèrent pen-dant la Seconde Guerre mondiale.

Une autre innovation consista à faire passer le calibre des canons lourds à 127 mm, et à les monter sur des affûts bitubes entièrement proté¬gés; il y en avait un à l'avant et deux à l'arrière afin que leur centre de gravité combiné se trouve placé plus bas. Sur les unités lancées à partir de 1929, l'angle de hausse des canons de batterie principale était porté à 70°, caractéristique qui leur donnait une grande polyvalence.

Cette classe remarquable était aussi très puissante, ses 50 000 ch lui permettant de filer 38 noeuds. Ces performances nuisaient malheureusement à la résistance de la coque et engendraient une certaine fragilité. Le déploiement des Fubuki pendant les années trente mit ces défauts en lumière ; les bâtiments furent alors considérablement renforcés et dotés de lest supplémentaire, ce qui augmenta leur déplacement de 400 tonnes et diminua leur vitesse de 4 nœuds.

 Les navires de la classe Mutsuki ont tous combattu pendant la Guerre du Pacifique sauf le Miyuki qui coula en 1934 lors d'une collision. Le Aymani, endommagea en novembre 1942 le USS South Dakota (BB-57) au cours de la Bataille navale de Guadalcanal avant d'être attaqué par le USS Washington (BB-56). Le PT-109 (patrouilleur-torpilleur) de John Fitzgerald Kennedy a été coulé par l' Amagi.

Huit navires ont été coulés par des sous-marins, deux sur des mines et le reste par des raids aériens. Seuls l' Hibiki et l' Ushio ont survécu à la guerre. Hibiki a été pris comme prise de guerre par l' Union soviétique qui fut utilisé jusqu'en 1953 sous le nom de Verniy.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: