Tagged under: 1939-1945 , Japon ,

Classe Minekaze (Japon)

Caractéristiques Classe Minekaze
Déplacement : 1 215 t standard, 1 650 t à pleine charge.
Dimensions : longueur, 102,50 m; largeur, 9 m; tirant d'eau, 2,89 m
Appareil moteur : 2 turbines à vapeur à engrenages développant 38 500 ch et entraînant 2 arbres.
Vitesse : 39 nceuds. Autonomie : 6 670 km à 14 nœuds. Armement : 4 canons simples de 120 mm, 2 triples tubes lance torpilles de 533 mm et jusqu'à 20 mines.
Équipage : 148 officiers et matelots. 

A la fin de la Première Guerre mon¬diale, les Japonais se mirent à construire des destroyers de première et de deuxième classes, dont l'une était une version agrandie de l'autre. Ils avaient auparavant acheté des navires britanniques, ou les avaient fidèlement copiés, mais avec les destroyers de deuxième et première classes Momi (21 unités) et Minekaze (15 unités), ils produisirent quelque chose d'un peu plus original : reprenant une idée qu'avaient déjà eue les Allemands, ils dotèrent ces bâtiments d'un puits situé entre le gaillard d'avant et la passerelle. Les destroyers de cette époque n'étaient pas très longs; ils ne disposaient pas encore de canon monté sur un rouf à l'avant et avaient tendance à piquer du nez par mer debout. Au mieux, cela rendait la vie difficile au personnel de la passerelle, et au pire, il y avait un risque que la superstructure soit endommagée ou carrément emportée. Le puits avant réduisait ce danger, et le fait qu'il décale vers l'arrière les autres parties du navire représentait un gain de place permettant l'installation d'une batterie de tubes lance torpilles. La classe Minekaze, dont toutes les unités furent lancées entre 1919 et 1922, se composait des Akikaze, Hakaze, Hokaze, Minekaze, Namikaze, Nokaze, Nurnakaze, Okikaze, Sawakaze, Shiokaze, Tachi¬kaze, Yakaze et Yukaze.

Les classes Momi et Minekaze marquèrent l'apparition à bord des destroyers japonais du tube lance torpilles de 533 mm (double sur les Momi, triple sur les Minekaze et les neuf bâtiments identiques de la classe Kamikaze). Les canons de 120 mm de ces deux modèles étaient montés assez haut, sur des roufs et sur le gaillard d'avant, ce qui leur permettait d'être mis en œuvre mëmt par mauvais temps, quand le pon découvert risquait d'être inondé.

Selon les critères de la Seconds Guerre mondiale, les Minekazs étaient à la fois petits et anciens, e l'exploitation rapide et efficace de la pénurie d'escorteurs par les sous marins américains obligea la plupar de ces bâtiments à se débarrasser de la moitié de leurs canons lourds, ds leur matériel de dragage de mine et de tous leurs tubes lance-torpille sauf deux, afin d'installer à la placs des lance-grenades ASM et de munitions, ainsi qu'un nombre tou jours plus grand de canons antiaé riens légers. Leurs missions furen ainsi sensiblement modifiées.

En 1938, l' Okikaze a été désarmé. Mais en 1941, la guerre approchant à grands pas, ses canons furent rermis en place. Les Nadakaze et Shimakaze ont été reclassés comme patrouilleur entre 1939 et 1940. En 1939 le Sawakaze a été utilisé comme navire de sauvetage pour avions à la base navale aérienne de Tateyama, mais il a repris son rôle initial dès le début de la guerre.

Seul le Yūkaze sortie de la guerre intacte et il fut détruit en 1947.

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: