SS-9, ICBM (Union Soviétique)

Caractéristiques SS-1 « Scarp »
Longueur : modèle 1, 34,5 m; modèle 2, 34,5 m; modèle 4, 35 m.
Diamètre : 3,05 m.
Poids : 200 t. Tête : modèle 1, 1 ogive nucléaire de 25 Mt ; modèle 2, 1 ogive nucléaire de 20 Mt ; modèle 4, 3 ogives MRV de 3,5 Mt.
Portée : modèles 1 et 2, 11 000 km ; modèle 4, 12 000 km.
Coefficient d'erreur probable : modèles 1 et 2, 740 m; modèle 4, 1 850 m.
Système de lancement : silo durci.
Mode de lancement : à chaud.
Propulsion : liquide.
Guidage : inertie.

Quand, en 1965, il entra en service dans l'armée soviétique, le SS-9, auquel l'OTAN attribua la dénomi­nation de « Scarp » se présentait comme l'ICBM le plus important au monde. Constitué de trois étages à guidage inertiel et à propergol liquide, cet engin donna lieu à quatre versions, dont une seule, le modèle 4, apparu en 1971, est encore déployé. Le modèle 1 emportait une ogive de rentrée de 25 Mt, tandis que le modèle 2 met­tait en wuvre une tête nucléaire de 20 Mt. Quant au modèle 4, il com­porte trois ogives MRV de 3,5 Mt, le modèle 3 ou F-1-m étant, de son côté, un lanceur de satellites utilisé pour l'étude des trajectoires incur­vées et du bombardement orbital.
Composé d'un quatrième étage sur lequel était montée l'ogive nucléaire, le F-1-m, dont le premier vol se déroula en 1966, devait atteindre, après la mise à feu, une orbite temporaire proche de la sur­face terrestre. Une fois l'engin en place, les techniciens n'avaient plus qu'à allumer une rétrofusée qui le ramenait dans l'atmosphère au­dessus de l'objectif désigné. Un tel missile aurait pu toucher n'importe quelle cible avant que les systèmes d'alerte précoce de l'adversaire ne puissent le détecter. Le seul pro­blème posé par ce missile était son manque de précision, que compensait cependant l'importance de la charge nucléaire utilisée. S'achevant en 1971, les expériences sur les bom­bardements orbitaux portèrent sans doute sur un engin de trois étages, dont un élément du SS-10 qui emportait l'ogive nucléaire.
Tous les SS-9 se caractérisent principalement par les six tuyères et les quatre moteurs Vernier dont ils sont dotés, le modèle 3 ayant donné naissance au F-1-r, un lanceur qui met en ceuvre le principal tueur de satellites soviétique. Grâce à des charges explosives à fragmentation, cet engin est en mesure de détruire, sur leur orbite, les satellites US.
Les effectifs des SS-9 atteignirent leur maximum entre 1972 et 1974, avec trois cent huit unités. Leur nombre déclina progressivement avec l'entrée en service de l'ICBM SS-18.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: