IRBM, MRBM et ICBM chinois (Chine)

Caractéristiques CSS-1 Type : MRBM.
Longueur : 22,80 m.
Diamètre : 1,75 m.
Poids : 22 t.
Portée : 1 200 km.
Tête : 1 ogive de 20 kt.
Système de lancement : plate­forme.
Mode de lancement : à chaud.
Propulsion : liquide. .
Guidage : inertie.

CSS-2 Type : IRBM.
Longueur : 20,50 m.
Diamètre : 2,44 m.
Poids : 28 t.
Portée : 3 200 km.
Tête : 1 ogive de 200 kt.
Système de lancement : plate­forme.
Mode de lancement : à chaud.
Propulsion : liquide.
Guidage : inertie.

CSS-X-4
Type : ICBM.
Longueur : 32,50 m.
Diamètre : 3 m.
Poids : 150 t.
Portée : 8 000 km.
Tête : 1 ogive de 5 Mt.
Système de lancement : silo.
Mode de lancement : à chaud.
Propulsion : liquide.
Guidage : inertie.

CSS-3
Type : ICBM.
Longueur : 25,50 m.
Diamètre : 2,44 m.
Poids : 50 t.
Portée : 6 960 km.
Tête : 1 ogive de 2 Mt.
Système de lancement : silo.
Mode de lancement : à chaud.
Propulsion : liquide.
Guidage : inertie.

CSS-5
Type : ICBM.
Longueur :inconnue.
Diamètre : inconnu.
Poids : inconnu.
Portée : 13 800 km.
Tête : 1 ogive de 5 Mt.
Système de lancement : silo.
Mode de lancement : à chaud.
Propulsion : liquide.
Guidage : inertie.

Réalisé dans le cadre d'un programme de développement dont les origines remontent au début des années soixante, le premier missile chinois opérationnel se présentait comme une version modifiée et allongée du MRBM soviétique SS-3 Shyster.
Désigné CSS-1 par les Américains, cet engin, auquel les Chinois attri­buèrent la dénomination de T1 Tong Feng et qui pouvait être mis à feu depuis une plate-forme, fut déployé, à partir de 1966, sur les frontières nord-est et nord-ouest de la Chine.
Disposant d'une portée de 1 200 km et emportant une ogive d'environ 20 kt, le T1 fit peser une menace non négligeable contre certains centres soviétiques importants situés en Sibérie orien­tale.
Le CSS-2 (codé T2) fut le second engin balistique entré en service dans les forces militaires chinoises. Apparu en 1971, cet IRBM se com­posait d'un étage unique à proper­gol liquide stockable et pouvait être tiré depuis des plates-formes mon­tées au-dessus du sol. Affichant une portée de 3 200 km, le T2 peut être lancé contre des cibles situées en Asie centrale et occidentale, les dis­positifs de lancement étant suscepti­bles d'être déplacés dans un temps relativement court en cas de besoin. 
Le premier ICBM chinois, le CSS-3 (ou T3) ne devint pas opéra­tionnel avant le milieu des années soixante-dix et n'existait qu'à raison de dix exemplaires à la fin de 1982. Portant sans doute une ogive de 2 Mt, cet engin, entreposé dans des silos, se compose de deux étages à guidage inertiel et à propergol liquide stockable, sa portée attei­gnant environ 7 000 km.
L'ICBM suivant fut le CSS-X-4, dont la première mise à feu eut lieu, en 1980, à partir du site de Shuang-chengzi, situé dans le désert de Gobi, et qui constitue la base du principal lanceur de satel­lites chinois, le CSL-2 (ou FB1). Le successeur du CSS-X-4, l'ICBM CSS-5 (ou T5 ou DF-25), est entrér en service en 1987, Il est monté sur un véhicule à roue. Le DF-25 est à deux étages et à carburant solide. Il peut emporter une tête nucléaire de 250 ou 500 kT.
Une version améliorée du DF-21 est entrée en service en 1996. Son système de guidage inertiel est couplé avec un radar ainsi qu’GPS.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: