Le projet de développement d'un missile sol/air à très courte portée pour l'armée française fut lancé en 1974. Il portait la dénomination de SATCP : Sol Air à Très Courte Portée, qui fut bientot changée pour Mistral. L'entreprise Matra (aujourd'hui MBDA France) fut choisie pour mener le développement de ce programme en 1980. C'est en 1989 que le Mistral commença sa carrière et entra sur les chaines de production. A ce jour plus de 25 pays ont acheté quelque 16.000 exemplaires de ce missile. Une modernisation lui a permi d'allonger sa durée de vie à l'export, et il peut être utilisé depuis de très nombreux véhicules et placé sur un grand nombre de supports de lancement.

Commun à tous les systèmes de lancement, le missile Mistral est prévu pour l'interception d'aéronefs à courte portée. Il est donc conçu pour engager des cibles volantes situées entre 600 et 6000m de lui, avec toutefois un plafond opérationnel à 3000m d'altitude. Concernant son guidage, il s'agit d'un missile de type "tire et oublie", c'est à dire qu'à partir du moment ou il a été lancé, il est entièrement indépendant de son tireur. La cible est repérée depuis le sol, et durant le vol le Mistral fait appel à son système de guidage passif à infrarouge placé dans le prisme situé à son extrémité. Celui ci ne doit plus lacher sa proie et guider le missile droit sur elle. Son moteur de vol est produit par Snecma Propulsion Solide et utilise un carburant solide de la Société Nationale des Poudres et Explosifs (SNPE). Il lui permet en outre d'atteindre la vitesse maximum de Mach 2.5, ce qui fait de lui une menace même pour les avions de combat modernes et rapides. Lors du lancement, le missile est projeté à 15m du tireur en moins d'une demi seconde, et il atteint ses 6km de portée en 9 secondes. La charge explosive elle même pèse trois kilos et est constituée de billes de tungstène conçues pour faire le plus de dégâts possibles sur des aéronefs. Elle est de plus prévue pour s'autodétruire au bout d'un temps calculé à l'avance si elle n'atteint pas sa cible.

MANPAD
Le MANPAD est en quelque sorte le système de lancement "standard" du Mistral. Il s'agit d'un poste de tir monomunition manuel ; il est composé d'un système de visée auquel on peut également adjoindre une caméra thermique pour une utilisation nocturne. L'ensemble est monté sur un trépied doté d'un siège pour le tireur. Le lancement du missile se fait de façon manuelle.
PAMELLA
Il s'agit d'une plateforme spéciale permettant d'adapter un lanceur de type MANPAD sur différents modèles de camions.
ASPIC
Poste de tir à quatre missiles (2x2) placé sur un camion et à lancement semi automatique, produit par thales.
SIMBAD
Le SIMBAD est un poste de tir assez proche du MANPAD prévu pour être embarqué sur les batiments de la Marine. Si son mode de tir est manuel il a cependant la particularité d'etre doté de deux missiles, au lieu d'un seul pour le MANPAD.
SADRAL
Il s'agit de la version de lanceur la plus complexe utilisant le Mistral comme missile sol/air. Il est produit par MBDA et dispose de 6 tubes à missiles (3x3) à tir semi automatique. Il assure la protection anti aérienne de nombreux batiments de la Marine Nationale.
AATCP
Le Mistral équipe également certains hélicoptères Gazelles et Tigre HAP. Il est donc dans ce cas utilisé comme missile air/air contre les autres hélicoptères et les avions. Eurocopter a créé un support spécial sur ses hélicoptères et MBDA s'est chargé d'adapter le Mistral à cette mission.

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: