Missile sol-air portable SA-7 « Grail » / Strela 2 (Union Soviétique / Fédération de Russie)

Caractéristiques SA-7 « Grail » / Sterla 2 
Dimensions : longueur du missile, 1,30 m; diamètre, 7 cm environ; longueur du tube lanceur, 1,34 m.
Poids : lanceur, 10,600 kg; missile, 9,200 kg.
Performances : altitude efficace, 45 m à 1 500 m; portée, 3,200 km.

Caractéristiques 9K34 Sterla 3
Dimensions : longueur du missile, 1,47 m.
Poids : lanceur, 5,700 kg; missile, 10,300 kg.
Performances : portée, 4,100 km.

Comparable, par sa conception, au missile américain Redeye, le SA-7 « Grail », mis au point au début des années soixante, a été employé pour la première fois au combat en 1967 au Proche-Orient. Il est mis en ceuvre par une équipe de deux hommes : un servant qui porte une crosse de tir et un missile contenu dans un sac de toile, ainsi qu'un assistant chargé d'un second engin.
Le système SA-7 comprend le missile dans son tube de lancement, une batterie thermique et une crosse de tir réutilisable. Le missile est doté d'une tête chercheuse à infrarouge, de deux surfaces canard et de deux empennages repliables. La crosse de tir se fixe sous l'avant du tube lanceur. Elle contient le mécanisme de détente, un cran de sûreté, un clip de blocage et un dispositif d'alarme sonore. La batte­rie thermique, de forme circulaire, se rattache à la crosse de tir par une rainure à quatre goupilles.
Pour la mise en ceuvre du « Grail », le tireur, lorsqu'il a repéré sa cible, enlève le capuchon qui obture le tube lanceur et vise son objectif. La détente est à double effet; la première pression exercée sur elle connecte les batteries ther­miques. Quand la tête chercheuse du missile a détecté suffisamment de radiations infrarouges émises par l'appareil ennemi, un signal sonore avertit le serveur, qui enfonce la détente jusqu'à sa butée. Le missile est alors éjecté du tube par un moteur, puis une fusée l'amène à Mach 1,5, vitesse à laquelle le moteur de croisière prend le relais, tandis que le détecteur d'infrarouge le guide vers l'échappement de l'avion ou de l'hélicoptère hostile. Le missile est équipé d'une fusée d'impact, et il faut donc qu'il tou­che la cible pour être efficace. Si le « Grail » n'a pas fait mouche au bout de quinze secondes ou de 6,500 km, il s'autodétruit.
L'appro­visionnement se fait par boîtes en bois contenant chacune deux missi­les et quatre batteries thermiques.
Le SA-7 a une vitesse maximale de 1 600 km/h pour une portée et une altitude utiles de 3,200 km environ. Sa version plus récente, SA-7B, atteint 1 930 km/h avec un plafond de l'ordre de 4 800 m. Au début, le système n'était pas doté d'un dispositif IFF d'identification automatique de cible, mais cette lacune a été comblée. Le crosse de tir du SA-7B se fixe au tube par un système d'ancrage à 28 points, contre 24 dans le cas du SA-7. Les limitations du SA-7 sont nombreu­ses : la tête chercheuse à infrarouge lui fait suivre l'appareil ennemi au lieu de l'attaquer de front ; sa vitesse est relativement limitée; sa maniabilité est faible et sa période de préchauffage est longue; enfin, les modèles de base ne sont pas équipés de l'IFF. Pour toutes ces raisons, il est peu efficace contre des appareils évoluant à plus de 925 km/h. Sa menace oblige malgré tout les pilotes à voler à des altitu­des plus élevées, où ils deviennent vulnérables à d'autres armes anti­aériennes.
Le SA-7 est toujours utilisé dans de nombreux conflits dans le monde. L'évolution la plus notable du SA-7 est la version 9K34 Strela 3 mis en service en janvier 1974 avec une tête chercheuse infrarouge.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: