F.S.A. 1949-56

 

1900-1955, le bilan

Nous venons de résumer l'évolution du F.S.A. de la fin du XIXe siècle à l'immédiat après-Seconde Guerre mondiale. Mais, en 1955, quels étaient les résultats tangibles pour le combattant ?

En fait, depuis 1900, si dans les hautes sphères on parlait beaucoup du fusil automatique, le combattant n'avait guère eu l'occasion de s'en servir.

Depuis 1900, les modèles fabriqués avaient été les suivants :

- Fusil automatique de la série A dit Meunier, quelques dizaines d'exemplaires pour essais en corps de troupe ;

- Fusil automatique modèle A6, 1 000 exemplaires remis aux aviateurs;

- Fusil   automatique   modèle    1917, 86 000 exemplaires livrés avant l'armistice de  1918, remis aux bons tireurs;

- Fusil   automatique   modèle    1918, 4000   fabriqués   après   1918,   utilisés pendant la guerre du  Rif ;

- Fusil automatique type   1938-1939, quelques dizaines  distribués  en   1940 (maximum 250 exemplaires) ;

- Fusil automatique modèle 1940, série de prototypes dont certains (fort peu) utilisés par les résistants de la région de Saint-Etienne ;

- Fusil automatique modèle  1944, 40 exemplaires mis en essais dans le corps de troupe et 6 200 exemplaires livrés à la marine;

- Fusil   automatique   modèle    1949, 20 600 exemplaires livrés aux bons tireurs à  partir de   1950.

Au total, environ 120 000 fusils automatiques en cinquante ans, une goutte d'eau dans la mer si l'on compare ce chiffre à celui des millions d'hommes qui passèrent sous les drapeaux pendant cette période.

 

En 1955, le fusil automatique de l'armée française était le Garand d'origine américaine, en service depuis 1942. Sans oublier les petites carabines U.S. M1 et U.S. M2, si proches de la carabine automatique Meunier en calibre 7 mm, de... 1904.

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: