F.S.A. 1949-56

 

 

Le F.A. modèle  1949

Le 12 juillet 1949, le F.A. modèle 1949, qui répondait au programme que nous venons de citer, était adopté et commandé à 20 600 exemplaires. Les livrai¬sons devant s'effectuer à raison de 3 000 armes par mois.

L'arme était organisée pour le tir de la grenade modèle 1948, réalisée à partir de la grenade modèle 1939, mais avec un empennage en acier se composant d'une douille-tube d'un diamètre intérieur de 17 mm et de quatre ailettes. Le moins que l'on puisse dire du F.A. modèle 1949 c'est qu'il était un fusil de transition.

Après l'arrivée du F.R. F1, il trouva une honnête place comme arme classique capable d'exécuter du tir à tuer et de lancer des grenades. On oublia le tir de précision...

 

1950-1956, l'évolution de l'arme individuelle

Au début des années cinquante, le "Sturmgewehr" à la française fut abandonné à la suite de l'échec des études portant sur une munition courte de 7,5 mm dérivée directement de la 7,5mm modèle 1929C. La carabine genre U.S. M2 tirant la cartouche de 7,65 mm long fut elle aussi abandonnée. Si la 7,65 mm possédait des qualités importantes de perforation, son pouvoir d'arrêt réduit la condamnait et déjà on s'orientait vers le calibre de 9 mm pour les P.M. et P.A.

Un nouveau programme fut lancé pour réaliser, cette fois, un fusil tirant en rafales la cartouche de 7,5 mm ou 7,62 mm. Cette étude devait donner naissance au F.A. type 1954, ancêtre du F.A.M.A.S. actuel, mais aussi de deux autres F.A. plus classiques.

En Belgique, la F.N. réussissait à mettre au point son célèbre F.A.L., excellent fusil-mitrailleur léger dont la masse se rapprochait de celle du fusil : le vieux rêve de tous les états-majors était enfin réalisé. Bien entendu, des grincheux critiquèrent le F.A.L pour sa précision aléatoire en rafales, perdant de vue que le tir en rafales ne pouvait être correctement exécuté que sur bipied.

 

A Saint-Etienne, les ingénieurs de la M.A.S. ne restèrent pas inactifs devant la réussite de la F.N. et mirent au point un F.A. classique type 1956, puis 1958 qui pouvait parfaitement soutenir la comparaison avec l'arme belge. Malheureusement, comme toujours après essais, on demanda d'adapter au F.A. type 1956 ou 1958 un "distributeur automatique de café". La "perfectionnite", vieille maladie, sévissait toujours !

Ce fut le F.A. type 1962 qui buta sur le F.A.L. mais aussi sur les munitions de petit calibre (5,56 mm).

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: