F.S.A. 1949-56

 

 

Le F.A. modèle 1944

Dès la mise en service des tout premiers exemplaires du M.A.S. modèle 1944, son manque de résistance au tir à la grenade apparut, ainsi que son manque de précision. Signalons toutefois que le modèle 1944, dérivé direct du modèle 1940, tirait sans incident la grenade V.B.

Le programme de 1946 reléguant le F.A. modèle 40 comme fusil de tireur d'élite, le tir à la grenade passa au second plan (interdiction de tirer la grenade mais possibilité quand même en cas de besoin).

Le gros problème du tir à la grenade était l'expansion des gaz de combustion dans le tube adducteur qui agissait sur les parties mobiles de la culasse. Une seule solution : boucher l'emprunt de gaz...

Du coup, lors de la séance tenue à l'E.MA, le 20 octobre 1946, on décida l'étude d'un nouveau fusil automatique directement dérivé du M.A.S. 1944. Ce nouveau fusil devait comporter les améliorations suivantes :

- H  + L = 30 à 200 mètres;

- Ligne de mire réglable à cran de mire et non à œilleton comme le F.A. modèle 1944;

- Lunette de visée permettant le tir de précision à 600 mètres ;

- Dispositif de court-circuitage de l'emprunt de gaz pour permettre le tir à la grenade. 

- Pas de baïonnette;

- Sabot de crosse en caoutchouc;

- Crosse   pliante   pour   certains fusils destinés aux parachutistes et éclaireurs skieurs (genre M.A.S. 1936 C.R. 1939).

Si l'armée de terre abandonnait donc le F.A. modèle 1944 au profit d'un F.A. futur pour ses tireurs d'élite, la marine en commanda 6 200 exemplaires dont un certain nombre participèrent aux combats d'Indochine.

 

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: