F.S.A. 1949-56

 

Le sens giratoire

Après 1918, le système 8 mm ayant fait la preuve de son incapacité dans le domaine de l'automatisme, on étudia une nouvelle cartouche (future 7,5 mm modèle 1924) qui allait relancer l'idée du fusil automatique pour l'ensemble de la troupe et non plus uniquement pour les bons tireurs. Ce fut le programme de 1921 qui réclamait un fusil automa¬tique utilisant une cartouche nouvelle afin de remplacer, dans un avenir plus ou moins lointain, les armes à répétition manuelle bonnes pour la réforme.

Depuis 1914, les choses avaient forte-ment évolué ; en effet, on pouvait en-visager un fusil automatique pour les raisons suivantes :

- Nécessité  d'augmenter   la   puissance de feu de l'infanterie ;

- Précision de l'arme accrue;

- Sophistication des systèmes à l'étude moindre   que   celle   des   systèmes d'avant-guerre ;

-   Fabrication en masse des munitions au point;

-   Apparition du véhicule chenille pour le ravitaillement en première ligne (future chenillette 31 R).

Ainsi libérée des contingences qui l'avaient freinée avant 1914, l'armée française pouvait espérer en 1921 concrétiser son vieux rêve de l'automa­tisme pour tout le monde.

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: